Traitement des varices

Les varices sont une pathologie fréquente car on estime qu'au moins une personne sur trois en sera atteinte.

Elles touchent essentiellement les femmes mais pas exclusivement. Elles sont souvent provoquées par une station debout prolongée et une certaine hérédité. Elles se présentent généralement sous la forme de dilatations de veines superficielles qui deviennent souvent tortueuses. Ces veines sont malades car trop dilatées, leurs valvules deviennent incompétentes et incapables de ramener le sang au coeur.
Les symptômes mineurs associés sont lourdeurs, gonflement, prurit et crampes des membres inférieurs. Elles peuvent également se manifester par des ulcérations cutanées rebelles au traitement local (ulcères variqueux) et même par des thromboses plus généralement appelées phlébites pouvant occasionner des embolies pulmonaires.


 

Les bases du traitement

Les veines superficielles sont connectées aux veines profondes et lorsqu’elles sont variqueuses, le retour veineux profond est également altéré. Traiter les veines superficielles malades permet d’améliorer toute la circulation de la jambe.

Le traitement non chirurgical consiste à renforcer le tonus des parois veineuses par une contention externe (bas à varices) et/ou des médicaments veinotropes. Ces traitements sont très efficaces sur la symptomatologie mais ne guérissent pas la maladie veineuse.


Le traitement chirurgical a le bénéfice de faire disparaître les veines pathologiques ce qui n’exclut pas que d’autres veines peuvent devenir malades secondairement, ce qui se produit chez un quart des patients.
 

Techniques utilisées

Le choix de la technique opératoire dépend essentiellement du type de varices. La grande majorité de ces techniques sont réalisées au bloc opératoire en passage rapide. Ce qui assure la sécurité, l’asepsie et le confort matériel nécessaire.

Les techniques non invasives ne nécessitant pas d’anesthésie.

Les varices, de un à trois millimètres, peuvent être traitées par sclérose. Il s’agit d’un produit irritant qui «brûle» la veine de l’intérieur ce qui va la boucher définitivement. L’injection doit être suivie d’une contention externe pendant une dizaine de jours. Initialement les veines traitées sont plus visibles qu’avant. Une petite douleur peut également être ressentie pendant quelques jours sur le site d’injection.

Il est fréquent que l’entièreté des varices ne puisse être traitée en une seule fois. En effet le produit utilisé (Aethoxysklerol) peut provoquer des effets secondaires si la dose est trop importante.


Les techniques chirurgicales

Le traitement des varices de plus grande taille se fait par des différentes techniques chirurgicales. Toutes ces techniques nécessitent le port de bas de contention directement après l’intervention. Elles peuvent occasionner des douleurs passagères et favoriser l’apparition d’hématomes. Tous ces problèmes peuvent se traiter facilement et vont souvent disparaître spontanément en quelques jours voire quelques semaines.

  • Le stripping

Il s’agit de l’intervention la plus classique et consiste en l’excision de la veine sur un guide. Elle nécessite deux petites incisions aux extrémités de la veine malade et peut être complétée par d’autres techniques.


 

  • Les phlébectomies / ligatures étagées

Il s’agit également d’une ancienne technique éprouvée consistant à extirper la veine malade au travers de plusieurs petites incisions millimétriques de la jambe.
 

  • Le laser endoveineux et la radiofréquence.

Il s’agit des techniques les plus récentes. Elles n’enlèvent pas les veines malades mais les «détruisent» de l’intérieur grâce à une sonde qui y est introduite par un petit point de ponction. Ces techniques ne nécessitent pas d’incision mais une simple ponction. Il sera par contre nécessaire d’infiltrer les tissus tout autour de la veine avec un liquide physiologique afin de ne pas abimer les structures voisines.


Anesthésie

Les techniques d’anesthésies se sont beaucoup allégées avec le temps. Actuellement la grande majorité des interventions se font sous anesthésie locale pure. Cette méthode a l’avantage de permettre une récupération rapide. Le patient ne doit pas être hospitalisé et peut quitter l’hôpital moins d’une heure après la chirurgie. L’incapacité de travail qui en résulte en est considérablement réduite.

Pour de plus amples informations sur cette technique consultez le site:
www.ASVAL.net

Les anesthésies générales ou loco-régionales (péridurale) sont de moins en moins utilisées. Elles imposent un temps de récupération postopératoires souvent synonyme d’hospitalisation. Néanmoins leur recours peut s’avérer nécessaire dans certaines circonsances.

 

Les soins postopératoires

Vous venez d’être opéré de vos varices. Quelques conseils et précautions de la part de votre chirurgien :

  • Vous pouvez marcher dès la sortie de l’hôpital. En revanche ne restez pas debout sans bouger.
  • Vous pouvez vous doucher dès le lendemain de l’opération.
  • Les petits pansements (steristrips) doivent rester en place une semaine. Vous les retirerez vous même sous la douche.
  • Vous porterez les bas à varices pendant une semaine: les premières 24 heures vous les portez jour et nuit puis vous pouvez les retirer pendant la nuit.
  • Vous ferez une injection quotidienne de Clexane 40 mg par jour pendant 5 jours pour éviter la phlébite.


Il est normal de voir quelques hématomes à l’emplacement des anciennes varices. De même, le produit d’anesthésie injecté sous votre peau peut sortir et tacher les bas.

Vous pourrez prendre votre voiture ou l’avion après quelques jours. Attendez, pour une exposition au soleil, que les cicatrices aient disparu.

Ne faites pas de sport pendant une semaine. Un rendez-vous est prévu dans un mois avec votre chirurgien.

 

Nouvelle chirurgie des varices

Toujours à la recherche des meilleures techniques opératoires, le Centre Hospitalier de Luxembourg propose désormais une intervention novatrice pour la chirurgie des varices, en procédant sous anesthésie locale à une ablation sélective des varices (technique ASVAL).

Cette méthode, développée par des chirurgiens français (les Dr Pittaluga et Dr Chastanet), est désormais sécurisée et a fait ses preuves dans la qualité des soins apportée au patient.

La principale innovation consiste à mener toute l’intervention sous anesthésie locale pure, en ambulatoire et sans incision.

Les varices internes ou externes sont soigneusement repérées au préalable par une échographie spécifique. Une cartographie précise du réseau variqueux pathologique est réalisée et permet de déterminer le stade d’évolution de la maladie.

La peau et les varices sont ensuite anesthésiées à l’aide d’une solution injectée (appelée intumescence) sous la peau, à l’aide d’une pompe.

Le traitement chirurgical proprement dit, consiste à retirer les varices par crochet ou par sonde de radiofréquence, en procédant à une micro ponction au travers de la peau infiltrée par la solution d’intumescence, évitant ainsi toute incision.

Les avantages de cette technique sont multiples :

  • l’absence de recours à une anesthésie générale ou locorégionale permet une prise en charge très courte (+/- 3 heures), sans recourir à l’hospitalisation
  • le traumatisme chirurgical est réduit. Seules les varices pathologiques sont retirées ou traitées par radiofréquence
  • il n’y a pas d’incision: les suites opératoires sont donc moins douloureuses avec beaucoup moins de complications, comme les hématomes ou les infections 
  • la reprise d’activité est immédiate, diminuant le risque des phlébites post-opératoires
  • l’arrêt de travail est également fortement réduit 
  • l’aspect esthétique ou cosmétique post opératoire est également amélioré.

Enfin, les résultats dans la prise en charge de la maladie variqueuse par cette technique sont désormais reconnus et stables dans le temps. 

Cette technique est pratiquée par le Service de Chirurgie Générale, Viscérale, Vasculaire et thoracique du CHL.

  • Dr Jean-Christophe Pillet - Chirurgien vasculaire 
  • Dr Xavier MATHIEU - Chirurgien vasculaire