Procréation Médicalement Assistée (PMA)

En période de crise sanitaire nous nous engageons à respecter au maximum les mesures d'hygiène et de sécurité au sein de notre service. 

Nous avons fortement réduit les consultations en présentiel, ainsi la consultation avec le médecin biologiste ainsi que celle avec l’anesthésiste se font par téléconsultation.

Afin de respecter les mesures de distension sociale, les accompagnants ne sont pas admis lors des échographies en cours de stimulation et nous vous prions de respecter au maximum les heures de RDV

Par contre la présence du partenaire est requise 

  • lors de la consultation chez le gynécologue à l'occasion de l'ouverture du dossier de prise en charge 
  • lors d’un transfert embryonnaire
  • lors d’une insémination

Modalités du dépistage COVID-19 :

Fécondation in vitro  Transfert d’embryon congelé : 

  • Un dépistage COVID-19 est exigé exactement 48 heures avant la ponction folliculaire chez la patiente et son partenaire. En cas de positivité d’un des deux tests, la prise en charge est annulée.

Transfert d’embryon congelé : 

  • Un dépistage COVID-19 est exigé au plus tôt 72 heures avant la ponction folliculaire chez la patiente et son partenaire. En cas de positivité d’un des deux tests, la prise en charge est annulée.

Insémination : 

  • Un dépistage COVID-19 est exigé à partir du 9e jour de stimulation chez la patiente et son partenaire. En cas de positivité d’un des deux tests, la prise en charge est annulée.

Le dépistage COVID-19 doit être réalisé dans un des centres de soins avancés

 

Toute l'équipe de PMA vous remercie pour votre compréhension

 


L’infortune d’un désir de grossesse non satisfait n’est pas rare. Dans les pays industrialisés, 12-15% des couples n’arrivent pas à concevoir après un an d’activité sexuelle régulière. Si une information précise et quelques mesures simples peuvent apporter une grande aide à courte échéance, il faut savoir que dans bien des cas des investigations spécifiques et des thérapies complexes doivent être proposées, afin de tenter l’obtention d’une grossesse.

Depuis 2005 le Centre Hospitalier du Luxembourg est fier d’accueillir le Laboratoire National de Procréation Médicalement Assistée (PMA). Notre service dispose des moyens diagnostics et thérapeutiques pour prendre en charge le couple infertile. Ainsi, les médecins spécialisés en médecine de reproduction vous prennent en charge en étroite collaboration avec votre gynécologue habituel.

A noter que le Laboratoire PMA est accrédité selon la norme ISO 15189.

À l’aide du Guide de la Procréation Médicalement Assistée au Centre Hospitalier de Luxembourg, nous aimerions vous faciliter le premier contact avec la médecine de reproduction et vous guider dans le cheminement dans notre centre. Nous souhaitons rendre votre vécu du traitement avec ses différentes étapes le plus acceptable possible, que ce soit sur le plan physique, psychologique, médical, social ou encore professionnel. Prenez le temps de lire attentivement ces quelques pages et n’hésitez pas à poser vos questions à l’équipe de PMA.

Nous vous souhaitons un succès rapide.

L'équipe PMA du CHL

Lëtzebuergesch: In vitro Fertilisatioun am CHL Erklärungen vum Dr Forges - Reproduktiounsbiolog


Français: La fécondation in vitro au CHL explications par le Dr Forges - Biologiste de la reproduction


Deutsch: In vitro Fertilisation im CHL Erklärungen von Dr Forges - Reproduktionsbiologe


English: In vitro fertilization at CHL explanations by Dr Forges - Embryologist

« Une fois guéri(e), pourrai-je fonder une famille et avoir des enfants ? »

« Pourrai-je avoir des enfants ?... »

Voici les questions auxquelles se trouvent confrontées des jeunes filles prépubères ou des adolescent(e)s accompagné(e)s de leurs parents, ou encore des jeunes adultes célibataires ou en couple, chez qui on vient d'annoncer un cancer.

« Actuellement, le pronostic des jeunes patient(e)s présentant des tumeurs hématologiques (maladie de Hodgkin, leucémie) ou solides (tumeurs osseuses, tumeurs du sein) s’est fortement amélioré car les nouvelles techniques permettent d’avoir recours à des traitements par chimiothérapie et radiothérapie plus agressifs afin d’éradiquer les cellules cancéreuses.

Alors que ces traitements augmentent fortement les chances de survie du patient, ils ont souvent, hélas, des effets négatifs irréversibles sur la fertilité. Ces effets négatifs de la chimiothérapie dépendent largement du type de médicament, des doses totales et des combinaisons utilisées. L’âge auquel le traitement est administré est également un facteur pronostic important. On note aussi une très grande variabilité interindividuelle en ce qui concerne la toxicité du traitement pour les ovaires ou les testicules.

Il existe aujourd’hui des mesures de préservation de la fertilité qui font partie de la prise en charge oncologique, afin que la patient(e), une fois guéri(e), puisse avoir la possibilité de réaliser son désir d’enfant. Même si le temps presse, il est important de le prendre pour une consultation spécialisée en préservation de la fertilité.

Lors de cette consultation  d’oncofertilité, le médecin va passer en revue le type de traitement prévu et ses effets éventuels sur la fertilité afin de pouvoir évaluer la nécessité d’une préservation de la fertilité. Par ailleurs la prise en charge va dépendre de l’âge de la/du patient(e) et du temps disponible avant le début du traitement anticancéreux. »

N’hésitez pas à vous adresser à notre service.