Le CHL participe à l’action Light It Up Blue

 

Cette année encore, le CHL participe à l’action « Light It Up Blue » action internationale, initiée à l’occasion de la Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme (2 avril 2018). Elle vise à mettre la lumière sur l’autisme, notamment par l’éclairage en bleu de bâtiments publics importants.

L'autisme est une réalité très présente dans la mesure où ce handicap touche 1 personne sur 100. Le Luxembourg compte environ 5.900 personnes atteintes d'autisme à des degrés divers.

Trois associations qui œuvrent pour la cause de l’autisme au Luxembourg se sont regroupées pour l’organisation du projet:

Vous pouvez les soutenir en versant un don sur le compte commun des 3 associations BLUXLULL    LU76 0080 3041 1520 2003 avec la mention « Light It Up Blue »

 

8ième édition du CHL Academy: une réussite

 

Jeudi 01 février 2018, s’est tenue la 8ième édition du CHL ACADEMY en présence notamment de Mme Lydia Mutsch, ministre de la Santé, de M. Paul Mousel, président de la Commission administrative du CHL, des membres de la Direction et de nombreux collaborateurs du CHL.

Cet événement a été l’occasion de valoriser et de reconnaître l’investissement important de nos collaborateurs dans le processus d’apprentissage, de recherche et d’enseignement réalisé au cours de ces deux dernières années.

En introduction, M. Paul Mousel, Président de la Commission administrative du CHL a souligné la « longue tradition de construction des savoirs dans notre Centre Hospitalier, construction portée par notre politique de formation continue ».

Dans son discours, la Directrice des Soins Mme Monique Birkel explique: « Le CHL Academy reflète le CHL comme une organisation apprenante qui investit dans l'enseignement et la recherche pour former les futurs talents. Cela commence avec la formation des stagiaires et cela continue tout au long de la carrière des collaborateurs.»

Cette année, les travaux présentés concernent la Direction des soins. Les différents thèmes traités reflètent la palette des compétences cliniques, managériales et organisationnelles mises en oeuvre et des projets initiés dans les services. A titre d’exemple:

  • La prise en charge de la douleur
  • L’outil pédagogique de simulation en santé
  • L’accompagnement des soins palliatifs
  • Les soins et la médecine de catastrophe
  • Le développement d’une clinique de la Ménopause › Le métier de coach
  • La clôture de dossier

La Ministre de Santé a félicité les différents collaborateurs pour leur engagement personnel dans l’acquisition de nouvelles compétences dans un contexte d’innovation de la profession. Elle a conclu son discours en mettant en avant la richesse du métier de l’infirmière et l’importance d’intéresser les jeunes pour ce métier passionnant avant de passer à la remise des diplômes.

A la suite des discours officiels, les diplômés on pu présenter le détail et les acquis de leur formation. De nombreux et riches échanges ont permis aux intervenants d’exprimer leur motivation à se former, et leur passion du métier.

Réels aboutissements de la pensée soignante, ces travaux vont contribuer également à approfondir et à innover dans la pratique soignante, et à engager des réflexions voire des projets concrets au sein des départements et des services pour améliorer la prise en charge du patient au quotidien. 

Découvrez les photos de cet événement ici.

Découvrez les abstracts du CHL Academy 2018 ici.

La thermoablation par radiofréquence: une alternative innovante à la chirurgie thyroïdienne

 

Découverte il y a 10 ans par des équipes médicales sud-coréennes, ce procédé est actuellement développé en France dans plusieurs Centres ( Paris, Hopital américain, Toulouse, Marseille) et en Allemagne à Francfort par le Pr KORKUSUZ.

C’est un geste court, pratiqué uniquement sur des nodules bénins volumineux.

L'indication doit être soigneusement posée après avoir réalisé une bonne évaluation du nodule par échographie éventuellement associé à une scintigraphie et une cytoponction pour s'assurer de la bénignité du nodule.

Pratiquée sous anesthésie locale, dans le cadre d’un séjour ambulatoire, cette technique permet de supprimer des nodules thyroïdiens bénins sans procéder à l’ablation de la thyroïde. Sous contrôle échographie, le médecin introduit une aiguille fine délivrant directement et avec précision de l’énergie thermique dans le nodule, selon le procédé de radiofréquence.

Apres une surveillance en hôpital de jour, le patient peut regagner son domicile le jour même.

L’efficacité s’apprécie quelques mois plus tard par la réduction progressive de volume du nodule en échographie.

Il s'agit donc d'une alternative innovante à la chirurgie classique, présentant de multiples bénéfices pour le patient : une récupération rapide, une réduction des complications liées à la chirurgie ( hypoparathyroidie, hypothyroidie et traitement médicamenteux à vie, cicatrice ) ,l'absence d'anesthésie générale.

Cette pratique mini-invasive a fait ses preuves, avec un taux de réduction des nodules avoisinant les 90%.

Au Centre Hospitalier de Luxembourg, les patients qui présentent des nodules thyroidiens pourront avoir leur cas examiné au cours des réunions multidisciplinaires auxquelles participent les endocrinologues, les chirurgiens, les échographistes, et les médecins nucléaires . A la suite de ces réunions en fonction des résultats des différents examens réalisés le traitement préconisé pour leur nodule pourra être soit:

  • une simple surveillance
  • soit un traitement par radiofréquence
  • soit une chirurgie
  • soit un traitement par radioiode


Les médecins qui prennent en charge ces pathologies au Centre Hospitalier de Luxembourg

Service d'Endocrinologie

  • Dr Catherine ATLAN
  • Dr Frédéric DADOUN
  • Dr Maria DUNCA
  • Dr Antuanetta TUDORESCU

Echographie thyroidienne et cytoponctions:

  • Dr Vincent LENS
  • Dr Antuanetta TUDORESCU
  • Dr Nicolas VERBEECK

Chirurgie

  • Dr Sébstien KUNTZLER
  • Dr Eugene PANOSETTI
  • Dr Virgine POULAIN

Médecine Nucléaire

  • Dr Patrick PAULUS
  • Dr Paul JONARD

Le CHL est reconnu comme «Traumanetzwerk Saar-Lor-Lux-Westpfalz»

 

Ce jeudi 11 janvier 2018, la Direction du CHL a invité à une conférence de presse sur « l'optimisation de la prise en charge du patient polytraumatisé au CHL ».

En médecine d’urgence, un polytraumatisé est une victime ayant plusieurs traumatismes (plaie, fracture, brûlure...) dont au moins une met en danger les fonctions vitales...

La prise en charge d’un patient polytraumatisé est complexe. Elle nécessite un personnel nombreux et entraîné!

Les équipes médico-soignantes du CHL ont travaillé intensément afin d’optimiser la prise en charge du patient polytraumatisé avec l’objectif de pouvoir évaluer au plus vite l’étendue des blessures externes et internes et de déployer les soins appropriés.

A cette occasion, la Direction du CHL a remis le certificat « Regionales Traumazentrum» aux équipes médico-soignantes.

Le CHL vient en effet d’être reconnu comme «Traumanetzwerk Saar-Lor-Lux-Westpfalz» (l’un de 50 réseaux régionaux, fondé en 2007). Le « Traumanetzwerk Saar-Lor-Lux-Westpfalz » est un regroupement d’une quinzaine d’hôpitaux, garantissant la meilleure prise en charge du patient polytraumatisé, et ce 24hrs/24hrs, 7j/7j, et 365 jours chaque année.

En participant au TraumaNetzwerk®, le CHL ne s'engage pas seulement au respect des standards de qualité requis lors du traitement des grands blessés et des polytraumatisés, mais aussi à mener un processus d'amélioration constante.

En 2016, le CHL a accueilli 54 polytraumatisés, dont 13 étaient des transferts secondaires. Selon la moyenne 2016 de tous les hôpitaux participant au TraumaNetzwerk®, le taux de mortalité des polytraumatisés était de 9,5%. Au CHL, le taux de mortalité était de 7,3% (donc 2,2 % en dessous de la moyenne générale).

En 2017, le CHL a accueilli 74 polytraumatisés, dont 17 étaient des transferts secondaires.

Est-il possible de prévenir le diabète en évitant le lait de vache?

 

Nutrition infantile et développement du diabète de type 1

L’étude TRIGR est une étude d’intervention randomisée d’envergure internationale. Elle réfute l’hypothèse selon laquelle la consommation de lait dans la petite enfance augmenterait l’incidence du diabète de type I.

Le résultat tant attendu de l'étude internationale TRIGR, comprenant 2159 enfants recrutés entre mai 2002 et janvier 2007 dans 78 centres d’études de 15 pays - dont le DECCP (Diabetes Endocrinology Care Clinique Pédiatrique) du CHL, montre que le lait pour nourrissons dans lequel les protéines du lait de vache ont été fractionnées ne prévient pas le diabète de type 1 chez les enfants présentant un risque génétique de diabète de type 1.

Certaines etudes constataient une corrélation entre la consommation précoce de protéines étrangères complexes, comme les protéines du lait de vache, et le risque d’apparition d’un diabète de type I chez les personnes présentant un risque génétique de diabète de type 1. Il fallait une étude d’intervention pour investiguer plus avant cette possible relation. C’est ce que s’est proposé de réaliser l’étude TRIGR (Trial to Reduce IDDM in the Genetically at Risk).

“En 2002, nous nous sommes donc lancés dans une étude à grande échelle sur 2159 nourrissons atteints d'un membre de leur famille atteint de diabète de type 1 et présentant un risque génétique pour le diabète de type 1 afin de trouver une réponse à la question de savoir si retarder l'exposition à des protéines étrangères complexes diminuerait le risque de diabète ", explique le professeur Mikael Knip de l'Université d'Helsinki, l’investigateur principal et coordinateur de l'étude internationale TRIGR (https://www.trigr.org/).

Après l'arrêt de l’allaitement, les nourrissons ont reçu ou bien un lait spécial (caséine fortement hydrolysée)  - les protéines du lait de vache étant divisées en petits peptides (petits morceaux de la protéine)- ou bien un lait de bébé normal à base de lait de vache contenant des protéines intactes.

Les nourrissons ont reçu le lait spécial pendant au moins 2 mois, jusqu' à l'âge de 6 à 8 mois, tout en évitant les protéines du lait de vache provenant d'autres sources alimentaires. Les participants ont été suivis pendant au moins 10 ans pour évaluer le pourcentage d'enfants développant des signes cliniques d’un diabète.

Après environ 11,5 années de suivi, les résultats dans cet essai international montrent que l’utilisation d’un lait à base de caséine fortement hydrolysée pendant la petite enfance ne réduit pas l'incidence du diabète de type 1 par rapport au lait de bébé habituel à base de lait de vache. Par conséquent, il n'existe donc aucune preuve permettant de réviser les recommandations alimentaires actuelles pour les nourrissons à risque élevé de diabète de type 1.

L'étude menée dans 78 centres d’études de 15 pays, dont le DECCP de la Kannerklinik du CHL, a principalement été financée par les National Institutes of Health (NIH), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Commission des Communautés européennes.

 

Article: Effet de la préparation pour nourrissons hydrolysée par rapport à la préparation conventionnelle sur le risque de diabète de type 1: l'essai clinique randomisé TRIGR

Groupe de rédaction du groupe d'étude TRIGR: Knip M, Åkerblom HK, Al Taji E, Becker D, Bruining J, Castano L, Danne T, de Beaufort C, Dosch H-M, Dupre J, Fraser WD, Howard N, Howard N, Ilonen J, Konrad D, Konrad D, Kordonouri O, Krischer JP, Lawson ML, Ludvigsson J, Madacsy L, Mahon JL, Orm JAMA 2018;319: sous presse (a été publié le 2 janvier 2018).

 

Pour plus d'informations:

  • Dr Carine de Beaufort: debeaufort.carine [at] chl.lu - Médecin spécialiste en endocrinologie-diabétologie pédiatrique
  • Dr Ulrike Schierloh: schierloh.ulrike [at] chl.lu - Médecin spécialiste en endocrinologie-diabétologie pédiatrique

L’équipe du DECCP (Diabetes Endocrinology Care Clinique Pédiatrique) du CHL

Le CHL présente ses 8 grands axes de recherche prioritaires grâce à sa nouvelle brochure « chercher … guérir »

 

Le CHL publie aujourd’hui sa nouvelle brochure « chercher…guérir ». Elle met en lumière les 8 axes prioritaires autour desquels les médecins - chercheurs de l’hôpital mènent plusieurs projets de recherche, à savoir :

  1. Le cancer,
  2. Les maladies cardiovasculaires,
  3. Les blessures du genou,
  4. Les maladies infectieuses,
  5. Les maladies respiratoires,
  6. Les maladies neuro-dégénératives,
  7. Le diabète,
  8. Les allergies

Au total, il s’agit d’une centaine de projets en cours au CHL, dans lesquels sont impliqués plus de 2000 patients, et qui ont permis la participation des médecins du CHL à plus de 250 publications scientifiques.

« « chercher… guérir », c’est un slogan qui nous a bien plu » explique le Dr Marc Schlesser, directeur médical adjoint en charge de l’enseignement et de la recherche, « Il met en perspective nos travaux, il rappelle que tous nos projets de recherche ont pour but une amélioration de la vie des patients, de la désensibilisation à une allergie à la cacahouète à un nouveau traitement contre le cancer ou la mise en œuvre d’une pompe à insuline nouvelle génération. »

La brochure met en avant de manière claire certains projets de recherche, les raisons de leur mise en œuvre et les résultats attendus. Dans la partie « témoignages », elle donne la parole aux patients qui participent à des projets et disent leurs espoirs, ou à certains médecins chercheurs qui expliquent leurs motivations de leur engagement dans la recherche

Le CHL, créé en 1975, est le seul de Luxembourg a avoir, dans ses missions définies par sa loi de création, la recherche et l’enseignement. Elles confèrent à l’hôpital, au-delà de son rôle classique, deux responsabilités particulières : former des jeunes médecins, et développer, participer et communiquer autour de projets de recherche.

Quelques chiffres à propos de la recherche au CHL :

  • 100 études en cours en 2015-2016
  • 2960 patients participant à des projets de recherche en 2016
  • 256 participants à des publications en 2016 (Impact Factor moyen 3,9)

Découvrez la brochure « chercher…guérir » ici.

Journée Mondiale contre le SIDA: Testez vos connaissances sur les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST)!

 

A l'occasion de la Journée Mondiale contre le SIDA le 1er décembre, nous vous proposons un quizz afin de tester vos connaissances sur les maladies sexuellement transmissibles (MST) et le sida!

Le quizz est téléchargeable:

Au Luxembourg, les MST sont en augmentation depuis les années 1990, il est donc primordial de vous informer sur les façons de vous protéger, ou de vous faire dépister.

La meilleure prévention face aux maladies sexuellement transmissibles reste le préservatif... et l'information.

Découvrez ici la nouvelle brochure d'information sur "les maladies sexuellement transmissibles (MST)" éditée par le Service National des Maladies Infectieuses du CHL

WORLD AIDS DAY 2017

 

La Journée mondiale du SIDA est l’occasion annuelle d’une mobilisation internationale en signe de solidarité avec les personnes infectées et affectées par le VIH et le SIDA.

Au Luxembourg, les acteurs nationaux actifs dans la riposte au VIH :

ont le plaisir de vous inviter à la journée de solidarité organisée à l’occasion de la journée mondiale du SIDA et au vernissage de l’exposition du concours « Preventive Art - Demistify Condoms »

Vendredi 1er décembre 2017, dans les locaux du Oekozenter, 6, rue Vauban | L-2663 Luxembourg

Programme

  • 08h30 - 11h30 : Une journée de sensibilisation sur le VIH/SIDA à l’intention des élèves des classes de 10ème, 11ème et 12ème Technique, respectivement les 2ème, 3ème et 4ème Classique. Locaux Oekozenter Paffenthal

  • 12h00 - 16h00 : Dépistage par TROD dans le DIMPS et distribution de rubans rouges et de préservatifs. Place de Gare Luxembourg.

  • 16h30 : Accueil et visite de l'exposition du concours « Preventive Art - Demistify Condoms »
  • 17h00 : Discours officiels de:
    • Mme Lydia Mutsch, Ministre de la santé 
    • Mme Carole Delvaux, présidente du Comité de Surveillance SIDA.
  • Remise des prix du concours "preventive art". Réception de solidarité

Dessine-moi ton diabète!

 

A l’occasion de la Journée Mondiale du Diabète, notre équipe du service d'Endocrinologie-Diabétologie Pédiatrique a souhaité se mobiliser activement au sein du Centre Hospitalier du Luxembourg afin de sensibiliser un maximum de personnes au diabète de l’enfant et de l’adolescent.

Pour ce faire, elle a sollicité l’aide de nos patients afin de mettre en avant leurs plus beaux chefs d’œuvre en lien avec le diabète.

L'exposition "Dessine-moi ton diabète!" vous invite à voyager à travers leur imagination afin de découvrir cette maladie sous un nouveau jour.

Vous pouvez venir découvrir cette exposition dès aujourd'hui au niveau de la passerelle entre la KannerKlinik et la Maternité du CHL

Un grand merci à tous les artistes participants!!

L’équipe DECCP
(Diabetes Endocrinology Care Clinique Pediatrique)

Lancement officiel de la Clinique de la Ménopause du CHL à l’occasion de la Journée Mondiale de la Ménopause.

 

Cette nouvelle consultation de « dépistage et de prévention en santé de la femme » complète le parcours de prise en charge de la femme au CHL. Elle a tant une vocation clinique qu’une vocation d’information.

La nouvelle Clinique de la Ménopause s’inscrit dans la stratégie mise en place en 2008 par la Direction du CHL d’investir dans le développement de cliniques monothématiques qui demandent de nouvelles organisations pour la prise en charge pluridisciplinaire de problèmes de santé spécifiques.

Son premier objectif est d’offrir une approche multidisciplinaire afin de soutenir et de guider les femmes pour passer cette période charnière qu’est la ménopause. La ménopause correspond à l’arrêt du fonctionnement des ovaires qui provoque l’arrêt de deux fonctions: l’ovulation et la production hormones sexuelles. Cet arrêt se fait progressivement.

Certains troubles liés à la ménopause sont bien connus : bouffées de chaleur, états anxieux, perte d’entrain ou irritabilité, insomnies, maux de tête, douleurs articulaires et crampes musculaires, sécheresse de la peau et vaginale, etc. Ces troubles sont variables dans le temps et dans leur intensité. Ils peuvent être majeurs, très gênants, voire invalidants chez certaines femmes ou minimes, voire inexistants chez d’autres.

Souvent moins connu, la ménopause peut aussi être un facteur de risque associé, entre autres, à une accélération de la perte de la masse osseuse, une augmentation du risque cardio-vasculaire ou encore à une augmentation de la résistance à l’insuline.

L’un des rôles principaux de la Clinique de la Ménopause concerne donc le dépistage des risques et des problèmes de santé en vue de la prévention de maladies sévères à long terme.

 

Le fonctionnement de la Clinique de la Ménopause

Cette nouvelle organisation permet aux patientes de réaliser un bilan de santé global autour de la ménopause en une demi-journée. Celui-ci est composé d’un(e) :

  • anamnèse ciblée avec l’infirmière clinicienne spécialisée en ménopause pour mettre en évidence les risques de santé, les attentes de la patiente et lui permettre de comprendre le phénomène de la ménopause, ainsi que ses impacts sur la santé
  • consultation avec la gynécologue spécialisée en ménopause en vue d’un examen gynécologique et de répondre aux questions des patientes

Selon les besoins et la demande des patientes, différents examens et avis peuvent être également demandés:

  • consultation chez une diététicienne afin de donner des conseils pratiques pour éviter la prise de poids, l’augmentation du cholestérol et de l’hypertension,
  • bilan du périnée et un coaching sportif par une kinésithérapeute,
  • bilan sénologique : mammographie et échographie,
  • rencontre avec la sexologue pour ouvrir le dialogue et répondre aux questions relatives aux changements dans le couple et la sexualité.

Suite à ce premier passage et si cela est indiqué, le bilan peut être complété par un :

  • bilan osseux et un avis en rhumatologie,
  • avis en cardiologie et un bilan cardio-vasculaire.

La prise en charge se veut donc personnalisée en respect de la constitution et des antécédents de la patiente et privilégie la prévention pour minimiser la survenue de risques majeurs en santé.

Enfin, la Clinique de la Ménopause se veut collaborer avec les gynécologues et médecins généralistes traitants et communiquer les résultats et propositions de traitement. Elle s’inscrit dans une relation de complémentarité dans le seul but est de prendre soin des patientes qui traversent ce moment parfois difficile de leur vie.

Pages